Nos femmes en piste : Fanny, pisteur maître chien.

Flocon
Station de ski - Courchevel

Elles sont cheffe, freerideuse, conductrice de dameuse, pisteuse, directrice d’établissement et font battre le cœur de Courchevel. Vous les croiserez peut-être à l’occasion de votre séjour en montagne. Découvrez chaque semaine le portrait de femmes uniques qui font la fierté de la station.

Cette semaine : FANNY - PISTEUR MAITRE-CHIEN
Station de ski  - Courchevel

Bonjour Fanny, peux-tu te présenter ?
J’ai 30 ans, je suis originaire de Val d’Isère et c’est mon troisième hiver au sein de la Société des 3 Vallées, après 9 ans au service des pistes de Val D’Isère.
Je suis maitre-chien à Courchevel depuis la fin d’hiver dernier et je suis venue dans les 3 Vallées car j’avais la possibilité de faire ce métier passion ici, en remplacement d’une personne qui part à la retraite à la fin de l’hiver.

Pourquoi avoir choisir le métier de pisteur puis celui de maitre-chien ?
Je suis passionnée de montagne, j’aime être dehors, les skis aux pieds et je suis passionnée de chiens … Ce métier m’attire depuis mes 11 ans : le combo parfait me permettant d’allier la montagne et le contact avec l’animal.  

Peux-tu nous présenter ton compagnon à quatre pattes ? 
Il s’appelle Paco, c’est un Golden Retriever d'un an. Il est sociable, rempli d’énergie, gentil, commence à bien obéir et il travaille bien. Bref il est top !

Comment se passe la formation pour devenir maitre-chien et en quoi consistent les entrainements de Paco ? 
J’ai beaucoup de chance car la personne que je remplace est formateur maitre-chien à l’Anena (Association Nationale pour l’étude de la Neige et des Avalanches), il me forme au quotidien, en plus des exercices réguliers avec d’autres apprentis maitres-chiens. 
Au début, on l’habitue à simplement jouer avec son jouet, puis à apprendre les basiques : prendre un télésiège, monter sur un scooter, ne pas sauter sur les skieurs, vivre au poste de secours… 
L’hiver, on commence l'apprentissage avec dissimulation de personnes sous la neige. D'abord en faisant en sorte que le chien aperçoive la personne se dissimuler dans un trou de neige puis avec la personne complètement ensevelie. 
Pour lui, c'est d’abord un jeu. Il cherche l’odeur de l’être humain et va creuser car il sait que s’il retrouve l’humain, il va aussi trouver son jouet.
La formation avec le chien prend environ un an et demi et se termine par une formation de deux semaines, que nous passerons en novembre prochain avec Paco.

Jusqu’à combien de mètres le chien peut-il sentir la présence d’un être humain enseveli sous la neige ?
Cela dépend notamment de la neige, si elle mouillée, sèche, en bloc, et aussi du vent.
Ce qui aide, ce sont les passages de sondeurs, qui aèrent et permettent aux odeurs de remonter plus rapidement à la surface afin d’être repérées par le chien. Les chiens sont habitués depuis petits à rechercher des personnes en position couchée, ainsi ils ne seront pas attirés par l’odeur des sondeurs ou des autres personnes présentes lors d’une recherche. Le chien ne jouera jamais avec une personne debout, il l’ignorera complètement !

Que fais-tu quand tu ne travailles pas, les jours de congés et l’été ?
J’ai pas mal travaillé à l’étranger, j'ai aussi été gardienne de refuge… Cet été, je travaille à la ferme de l’Ariondaz, à Courchevel. Sinon je fais du trail, de l’alpinisme, du VTT … Je profite de la montagne 4 saisons !

Dernière question : quelle piste conseillerais-tu sur le domaine skiable ? 
La piste de Jean-Blanc, à Courchevel. Une belle piste en forêt, longue, avec pas mal de dénivelé, changeante, très vallonnée. Même si cette piste est assez exigeante !
 

Tous les articles "Nos femmes en piste" : Charline - freerideusePauline - conductrice de dameuse

En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts ainsi que pour la sécurisation des transactions sur notre site. Pour plus d’informations, cliquez-ici.