COURCHEVEL

LE BLOG

Exclusivement pour vous
Reservez votre sejour
Retour aux articlesRetour aux articles

Le calme après la tempête…

Le calme après la tempête…

Cette année, la neige est plus qu’au rendez-vous sur nos sommets ! Une excellente nouvelle bien sûr, surtout quand on sait que le Service des Pistes veille à nous offrir un domaine magnifique, et ce même après une grosse tempête ! Alors comment les aléas climatiques de ces dernières semaines ont-ils été gérés ? Le point avec Hervé Tuaz, responsable Service des Pistes à la Société des 3 Vallées.



Comment travaillez-vous en pleine alerte météo ?
En fait, il y a deux choses : le damage et les pisteurs-secouristes. Pour le damage, on va privilégier les zones basses pour proposer un maximum de ski possible. Sur les parties hautes, le problème c’est surtout le vent. Il peut toujours rester des zones sous réserves par rapport aux accumulations de neige dûes au vent notamment. Il faut beaucoup d’observation pour savoir si gazex et catex ont été assez efficaces, et quand on n’a pas beaucoup de visibilité, c’est compliqué…



Quand une période d’accalmie se fait sentir, quelles sont vos priorités ?
Il faut être omniprésent sur le terrain pour pouvoir profiter de ces fenêtres d’accalmie et de visibilité. Quand nous pouvons faire une observation plus large, nous prenons à ce moment-là la décision d’ouvrir ou non, en tenant compte de la suite de la météo. Sur les épisodes de ces derniers temps, on avait très peu de visibilité car pas d’amélioration de la météo… alors dès qu’on a eu la chance d’avoir une accalmie une après-midi, cela nous a permis de faire un PIDA (Plan d’Intervention pour le Déclenchement des Avalanches), complété par un autre le lendemain matin.



Quelle est l’ambiance au sein de vos équipes durant ces périodes ?
Tout le monde est très sollicité, au niveau des dameurs, des pisteurs mais aussi du personnel des remontées. Là par exemple, on a eu de la neige, de la pluie, du froid… donc cela peut glacer des parties des remontées mécaniques. Il faut alors redoubler de vigilance pour pouvoir ouvrir les appareils et refaire les plateformes de départ et arrivée.



Prévoyez-vous des renforts pendant ces situations délicates ?
Tout le problème est là, on ne peut pas aller chercher du monde à l’extérieur, car il nous faut des personnes formées et qui connaissent le terrain, surtout dans ces conditions de temps. Donc généralement, cela se passe sur le volontarisme : le personnel va faire quelques heures supplémentaires pour nous aider. Les pisteurs font aussi des PIDA avancés avec un départ à 7h15.



Quelles sont les principales difficultés à gérer pendant ce mauvais temps ?
La première, c’est la sécurité de notre personnel. Il faut savoir dire non si on ne voit pas un mètre, on reporte le PIDA… au détriment de nos ouvertures malheureusement, mais la sécurité de nos équipes est primordiale. Ensuite, ce qui est compliqué et peut être mal perçu, c’est de devoir fermer certaines remontées annoncées ouvertes car le vent s’est relevé. Mais faire une évacuation verticale de nos clients si la remontée doit refermer, c’est difficile à gérer, pour nous comme pour les skieurs qui attendent !



Alors justement, comment faites-vous pour décevoir le moins possible vos clients ?
On reste sur la brèche toute la journée pour savoir ce que l’on peut ouvrir, et nous essayons de proposer des alternatives. On l’a fait par exemple début janvier en amenant deux maitres-chiens sur les fronts de neige pour faire des démos, on a autorisé la motoneige pour les petits sur la Croisette, on les oriente vers la luge… Comme la télécabine des Grangettes était fermée, on a même mis les navettes de notre personnel en place pour remonter les clients, pour qu’ils puissent profiter de la piste de luge qui descend à Courchevel Village.

Comment informez-vous les skieurs de l’évolution de la situation ?
Tous les matins, on édite un bulletin d’ouverture du domaine envoyé à tous les partenaires sociaux, les accueils des offices du tourisme, etc. Je l’explique aussi à la radio (R Courchevel).
On a aussi créé un réseau WatsApp entre responsables des domaines des 3 Vallées pour s’informer en temps réel des fermetures, puis on fait le relai pour passer l’info au plus vite aux clients.

Un dernier conseil ?
N’hésitez pas à aller voir les pisteurs pour leur demander ce qui est possible de faire ou pas. Ils sont toujours disponibles !

Photos : Amicale des Pistes de Courchevel
× Reservez votre sejour Reservez votre sejour Reservez votre sejour
× Cookies

En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts ainsi que pour la sécurisation des transactions sur notre site. Pour plus d’informations, cliquez-ici.